JODHPUR

La perle jaune du Rajasthan : Jaisalmer la dorée, émergeant comme un mirage des sables du désert du Thar. L’étincelante forteresse a été fondée en 1156 par Jaisal, sixième successeur du Maharawal hindou Deoraj. Située aux confins occidentaux du Rajasthan, Jaisalmer est trop éloignée des Turcs et des Moghols de Delhi pour subir leur influence. Elle n’échappera cependant pas aux raids des souverains rajpoutes. Construit par Rao Jaisal, son système défensif est éloquent : un rempart ponctué de nonante neuf bastions et de quatre portes monumentales enclôt la ville sur cinq kilomètres de long. Jaisalmer est également un lieu de pèlerinage pour les jaïns, adeptes du respect absolu de toute vie. D’une rare unité architecturale, la petite ville piétonnière se distingue par ses nombreux havélis en grès jaune finement ouvragé à claire et orbe voie. L’abondante ornementation sculptée de ces riches demeures de négociants, construites pour la plupart au XVIIIème siècle, révèle la prospérité acquise par ces marchands ayant su tirer parti de sa position stratégique sur l’une des routes de la soie. Contre leur protection, les princes rajpoutes de Jaisalmer faisaient payer de lourds tributs aux caravanes d’épices, d’opium et d’indigo, qui reliaient la vallée de l’Indus et l’Asie centrale. Puis, Jaisalmer vit son commerce décliner avec la mainmise des Anglais au XIXème siècle. Enfin, la Partition entre l’Inde et le Pakistan traça une frontière pratiquement infranchissable au commerce. Paradoxalement, les conflits avec le Pakistan, situé à 80 Km seulement, ont rendu à la région une valeur stratégique du point de vue militaire.

Les cénotaphes princiers (chhatri) : le Maharawal de Jaisalmer, Son Altesse Brijraj Singh, – salut aux armes : quinze coups de canons -, s’attache aujourd’hui à la restauration de ses palais, travaux qu’il finance lui-même grâce à sa reconversion dans l’hôtellerie. Il se consacre aussi à la conservation des cénotaphes familiaux dont l’origine remonte au XIIème siècle. Au contact de la civilisation Moghole, qui construisait de somptueux mausolées, les souverains de Jaisalmer ont à leur tour édifié sur le lieu de leur crémation des chhatri, kiosques coiffés d’un dôme sur colonnettes; leurs cendres continuent à être jetées dans le Gange, selon une tradition millénaire. Plusieurs chhatri ont conservé les stèles représentant les guerriers défunts ou leurs veuves, mortes en sati (crémation rituelle des veuves). CH

Voyages jodhpur, Circuits jodhpur, Visite jodhpur