TANJORE

Tanjore (Thanjavur) incarne la puissance de l’Inde sous la dynastie des Chola. Ils dominent, en effet, non seulement le pays Tamoul, mais s’imposent aussi au Sri Lanka, à Java et à Sumatra. Puissance militaire et économique majeure, cette dynastie tisse un réseau commercial favorisant les échanges avec la Birmanie, l’Indonésie et l’Indochine. Témoin de leur opulence, Tanjore est célèbre pour l’impressionnant sanctuaire de Brihadishwara, qui marque l’apogée de l’architecture médiévale brahmanique.

-Temple de Shiva dit Brihadishwara (XIe s.) :
Ce vaste sanctuaire fut édifié au XIe siècle par Rajaraja, empereur des Chola entre 985 et 1014. Sa conception se situe dans la tradition instaurée par les Chalukya et les Pallava. Formé de vertigineux shikhara (tours) et d’imposants gopurams (portes monumentales), ce superbe temple est entouré par une muraille de 270 sur 140 mètres et par une deuxième enceinte de 150 sur 75 mètres évoquant nos cloîtres. Dans la vaste cour, un mandapa abrite un gigantesque taureau Nandi, le véhicule de Shiva ; il est sculpté dans un seul bloc de granit. Cet ensemble fait face au sanctuaire surmonté d’une tour qui culmine à 60 mètres de hauteur. La base de cette tour est disposée selon la forme d’un mandala, c’est-à-dire un diagramme cosmologique. C’est une véritable hiérarchie du monde divin qui se déploie sur les degrés des shikharas et dans l’organisation générale du temple. Une galerie à portiques ornée de peintures du XIIe siècle relatant les gestes de Shiva abrite, sur 450 mètres de longueur, des dizaines de lingam.

-A Chidambaram s’élève un gigantesque temple dédié à Shiva Nataraja (Shiva seigneur de la danse). Le temple est protégé par une vaste enceinte et comporte les gopurams, hautes portes monumentales richement sculptées propre à l’architecture de l’Inde méridionale. Une fois pénétré dans le temple, on découvre groupés autour d’un très vaste réservoir d’eau sacrée des galeries à portiques et des sanctuaires fréquentés par les shivaïtes. Certains édifices sont agrémentés d’une toiture recouverte d’or et couronnée de pinacles. Dans le saint des saints, d’ordinaire réservé aux hindous uniquement, est vénéré le Shiva linga ou lingam. Caractéristique des temples Shaiva (dédiés à Shiva), c’est un symbole abstrait et aniconique évoquant le rôle créateur du dieu. L’iconographie de Shiva s’épanouit entre le VIIIe et le XIIe siècles. La vénération cultuelle du Shiva linga est un des faits les plus anciens connus à propos de cette divinité ; on se souviendra que la civilisation de la Vallée de l’Indus honorait déjà une divinité phallique. En Inde du Sud, le ” jeu ” de Shiva avec le monde produira la dernière forme iconique originale : la danse, où le physique et le métaphysique sont en parfait équilibre. C’est le thème des sculptures représentant Shiva Nataraja. Cette iconographie doit beaucoup aux empereurs de la dynastie Chola, Shaivas assidus. Grâce à leur mécénat, la fonte d’œuvres cultuelles en bronze fut florissante dans tout le sud-est péninsulaire. Ce furent ces empereurs qui, dès le VIIe siècle, firent renaître l’idée du ” Danseur cosmique “. Selon l’ Unmai vilakham chanté au temple de Chidambaram, le Panchakritya, c’est-à-dire les ” Cinq accomplissements ” de la divinité dans ce monde, est atteint lors de cette danse cosmique.
CH

Voyages tanjore, Circuits tanjore, Visite tanjore